120405

Tutoriel #7 : Utilisation de Hugin

Avoir installé Hugin, grâce au tutorial que vous pouvez trouver ICI, c’est bien, savoir l’utiliser c’est mieux. Alors voici quelques détails sur la création manuelle d’un panoramique avec Hugin.

Evidemment vous pouvez rester sur le premier onglet, cliquez sur « 1-charger des images », « 2-Aligner… », « 3-Créer le panorama… »

Mais parfois, le résultat ne sera pas à la hauteur des attentes. C’est là qu’intervient les autres onglets. Je vous propose donc de savoir ensemble à quoi ils correspondent.

1 – Onglet Images

1.1 – La première chose à savoir est que Hugin ne travaille qu’avec des fichiers aux formats JPG, Tiff, Png, Hdr ou Exr.


Si vos images sont comme chez moi au format Raw, il faut au préalable les développer dans un autre format. On en profitera par la même occasion pour faire la correction des distorsions de l’objectif, cette fonctionnalité étant présente sur la plupart des développeurs Raw. Cela sera très utile à Hugin et facilitera la recherche des points de contrôle. Pour ce tutorial, j’ai choisi 4 photos prises à main levée du haut de la Tour à Lisbonne. Un panorama difficile à assembler avec les réglages automatiques.

1.2 – On ouvre donc l’onglet « Images »

1.3 – On clique sur le bouton en haut à droite « Ajouter des images indivudelles… »

1.4 – Une fenêtre s’ouvre où l’on doit sélectionner les photos que l’on souhaite utiliser.

1.5 – Une fois validé, on se retrouve sur cet écran. On remarque que sur la droite, des informations sont récupérées des EXIF.

1.6 – On clique ensuite sur l’onglet « Appareil photo et objectif ».

2 – Onglet Appareil photo et objectif

2.1 – On voit que l’angle de champ, la distance focale et le facteur de recadrage sont automatiquement calculés. Si ce ne sont pas les valeurs correctes, alors inscrivez les bonnes valeures. Si vous connaissez les valeurs techniques pour un objectif à focale fixe de la distorsion, du barillet, alors vous pouvez également ajouter ces valeurs. Ensuite on retourne sur l’onglet « Images ».

2.2 – On effectue l’assemblage en cliquant sur « Créer des points de contrôle ». Il est préférable d’effectuer les ajustements de l’objectif avant l’assemblage afin d’obtenir le meilleur résultat, d’où ce va et vient. Personnellement j’utilise « Hugin’s CPFind + Celeste slower… » et 10 en nombre de points comme paramettrage.
Une fenêtre s’ouvre avec des lignes qui défile.

2.3 – Une fois terminé, on clique sur l’onglet « Recadrer »

3 – Onglet Recadrer

3.1 – En modifiant les paramettres du bas, on peut recadrer les photos. Cette fonctionnalité est assez peu utile à mon sens, le recadrage pouvant intervenir sur le résultat final. On passe sur l’onglet suivant « Masque ».

4 – Onglet Masque

4.1 – Ici c’est beaucoup plus utile. Cela permet de créer des masques qui seront exclus du résultat final. Par exemple, on prend un panoramique et une personne vient s’incruster sur l’une des photos. Il suffit de sélectionner la photo, de mettre le zoom à 100% ou plus, et de détourer la personne avec la souris. Une fois terminé, clique droit, puis ne pas oublier de cliquer sur « Ajouter un nouveau masque ».

4.2 – Cette zone ne sera pas prise en compte dans le panorama et ce sont les autres photos qui comporterons cette zone qui seront utilisées. On voit ici l’importance d’avoir des zones de recouvrement importantes pour pouvoir utiliser cette fonctionnalité. Si cette zone n’existe nulle-part ailleurs, la zone malgré tout présente.

4.3 – On clique sur l’onglet suivant « Point de contrôle ».

5 – Onglet Point de contrôle

5.1 – Par défaut, la comparaison des points de contrôle se fait sur les deux mêmes images. Il s’agit d’un Bug à mon sens, puisque cela n’a aucun intérêt. Sur l’image de droite, sélectionner dans le menu déroulant, l’image « 1- Nom de votre fichier ».

5.2 – Vous verrez apparaitre les points de contrôle disséminés sur votre photo. Contrôlez tous les points. La croix doit représenter le même emplacement sur les deux images et l’étiquette à côté contient son n°. C’est eux qui vont faire que votre panorama sera bien aligné sans coupure ni scissure. Les points de contrôle approximatifs peuvent être repositionnés ou supprimés.

5.3 – Vérifiez que vous en avez sur toute la hauteur de votre photo. Dans notre exemple, j’ajouterais un ou deux points de contrôle sur les toits, au niveau du clocher en arrière plan.

5.4 – Une fois fait, nous pouvons passer sur l’onglet suivant.

6 – Onglet Optimisation

6.1 – Nous entrons ici dans des onglets très techniques. C’est l’onglet des optimisations entre les images. Personnellement j’optimise « les positions, la vue et la distorsion en barillet ». Hugin calcule la distorsion grâce aux points de contrôle et valeur de l’objectif et affine l’alignement du panoramique.

7 – Onglet Exposition

7.1 – L’onglet suivant est l’optimisation photométrique. Choisissez l’optimisateur prédéfini qui correspond le mieux à votre situation puis cliquez sur « Optimiser »

8 – Onglet Assemblage

8.1 – L’onglet suivant est là où se situe les informations pour l’assemblage final.
Par défaut la modification des angles de champs et du recadrage sont très peu conviviales ici. Il y a un outil visuel qui permet de le faire de façon beaucoup plus facile. C’est l’aperçu rapide.
Il faut cliquer sur l’icone en haut qui est bleu clair et vert avec inscrit dessus « GL » en blanc.

8.2 – Voici ce qui apparait.

8.3 – Cette nouvelle fenêtre va nous permettre de finaliser notre panoramique.
Dans l’onglet par défaut « Aperçu », nous avons à gauche un aperçu de l’image dans l’espace plan, à droite, le résultat du fichier que vous allez obtenir. Les premières actions consistent à choisir l’espace plan en Panosphère sur la liste déroulante à droite et à retirer la coche « grille » sur la droite.

8.4 – Allez désormais sur l’onglet « Déplacer/Glisser »
Cliquez avec votre souris sur l’image de gauche et déplacez l’image. Vous voyez qu’elle se deplace sur une surface sphérique. Recentrez la et ajuster la, en contrôlant le résultat sur l’aperçu à droite. J’obtiens ce résultat.

8.5 – Maintenant que l’image est recentrée correctement, allez sur l’onglet « Projection » et vous pourrez tester les différentes sortes de projections qui existent dans la liste déroulante.

8.6 – Vous noterez qu’il existe différentes projections équirectangles qui peuvent donner des rendus légèrement différent. Testez, et grâce à l’aperçu , faites vous une opinion. Une fois choisi, vous pouvez retourner sur l’onglet « Déplacer/Glisser pour affiner encore une fois votre alignement ».
Une fois fait, allez sur l’onglet « Recadrer ».

8.7 – Il existe sur cet onglet des curseurs sur la partie de droite, en bas et tout à droite. Cela permet de régler le zoom. Ensuite en positionnant votre souris sur l’image de droite, vous pouvez afficher des zones grises qui permettent de déplacer les limites du recadrage de cette image.

<

8.8 – On voit que l’on peut afficher des guides sur l’image pour nous aider à recadrer de façon harmonieuse. Une fois le recadrage terminé, on ferme la fenêtre. Pas besoin de sauvegarder quoi que ce soit. C’est fait automatiquement. On se retrouve ici :

8.9 – On constate que les valeurs ont changées toutes seules. L’angle de champs et le recadrage ont changé.
Il faut néanmoins cliquer sur le bouton « Calculer la taille optiomale » afin d’otenir la meilleure définition possible. Il sera toujours temps de la réduire dans Photoshop si besoin.

8.10 – Choisissez le format de sortie du panorama, par défaut ce sera du Tiff en compression LZW, donc sans perte.

8.11 – Cliquez sur « Assembler! »

8.12 – On vous demande où enregistrer le fichier projet.

8.13 – Et enfin où enregistrer le panoramique.

8.14 – L’assemblage commence, et selon la puissance de vote PC, cela dure un certain temps !!

8.15 – Quand vous voyez cet écran, « le processeur de traitement par lots », c’est que c’est terminé. (C’est écrit dans l’état)

En espérant vous avoir aidé, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires.

A bientôt

Tags: , , ,

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire